logo irtg
 Version française  |  Search  |  Imprint  |  Contact   |

Dissonance ou barbarie ? Mann, Adorno, Schönberg et la critique du primitivisme

Une conférence de Marc Abélès le 23 novembre
 
RAPPORT

Que penser de la musique dodécaphonique? Comment aborder les compositeurs et auteurs qui se sont interrogés sur le lien entre musique et nazisme ? Dans quelles réflexions, quelles tensions cette période a-t-elle plongé les compositeurs, philosophes et écrivains allemands ? C’est cet espace éthique à la fois impensable et saturé de l’art et du nazisme que Marc Abélès aborde dans sa conférence Dissonance ou barbarie ? Mann, Adorno, Schönberg et la critique du primitivisme. Prenant comme point de départ Le Docteur Faustus et la relation entre Mann, Adorno et, plus tard, Schönberg, Abélès plonge au cœur des tensions -personnelles, artistiques, politiques- et de l’ambiguïté qui ont habité ces penseurs d’une musique nouvelle. Abélès élabore une généalogie de la musique du 20e siècle à travers son indissociabilité de la politique : la musique sérielle et le dodécaphonisme s’inscrivent en réponse et en rupture par rapport à l’ « âme allemande » telle que construite et exprimée par le romantisme. Sa réflexion s’érige à partir de l’ambiguïté de la relation entre Mann et Adorno et des différences entre leurs pensées politiques et musicales. Abélès examine les correspondances personnelles et le journal d’écriture qui ont entouré l’élaboration et l’écriture de Le Docteur Faustus et les effets et conflits que ce roman-montage a causés. Selon lui, Mann, Adorno et Schönberg peuvent être compris à travers des moments de la compréhension de l’horreur nazie (comme implicitement incluse dans le discours et la pensée populaires autant qu’élitistes, comme une réflexion sur le rôle de l’art dans la construction d’une identité et d’une philosophie, comme une réponse, un rejet non seulement de l’esthétique romantique mais de ses implications politiques et identitaires, et une tentative d’élaborer une musique qui s’érige contre cette barbarie, qui soit indépendante, fragmentée, rebelle). Marc Abélès propose une compréhension des passions politiques et musicales à partir non plus du romantisme ou de la beauté d’un espace partagé entre musique et politique, mais de la tension, du lien viscéral et difficile qui les unit à chaque moment et des expériences absolument humaines que ce lien impose.

ANNONCE

La série Politique et Musique, organisée par Mariella Pandolfi et le Groupe international de formation à la recherche (IRTG) Diversity, présentera, le lundi 23 novembre prochain, la conférence de Marc Abélès « Dissonance ou barbarie ? Mann, Adorno, Schönberg et la critique du primitivisme ». Anthropologue et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) de Paris, Marc Abélès est spécialisé en anthropologie du politique et des institutions. Cette conférence reviendra sur les tensions politiques que la musique révèle.

Quand : Le 23 novembre 2015, de 13h à 16h

Lieu : Carrefour des arts et des sciences, salle C-2059
Pavillon Lionel-Groulx, 3150 rue Jean-Brillant
Métro Université de Montréal / Métro Laurier, autobus 51 ouest

Réservations : virginie.laliberte.b@gmail.com

Entrée gratuite !
 
 
 
 
Logo Universität Trier Logo Université Montréal Logo Universität des Saarlandes