logo irtg
 Version française  |  Search  |  Imprint  |  Contact   |

De Ernani aux Masnadieri : brigands, chevaliers et patriotes dans l’opéra de Verdi et l’Italie du Risorgimento

Une conférence de Carlotta Sorba le 5 octobre
 
RAPPORT

Quels liens unissent Politique et Musique ? La musique et l’opéra sont-ils influencés par les politiques de leur temps, sont-ils le miroir des passions politiques, reflets du contexte qui les voit naître… ou serait-ce plutôt l’inverse ? Ce renversement, cette idée que la politique s’inspire de l’opéra et se l’approprie pour se réaliser, est précisément celui que Carlotta Sorba propose : un passage de politique et musique à musique et politique, une compréhension singulière et fascinante du rôle des théâtres, et particulièrement des opéras de Verdi, dans l’Italie du 19e siècle. L’historienne se détache de l’esthétisme pour analyser plutôt le cadre matériel des opéras, la spécificité du contexte et du public, et le rôle des théâtres dans la construction de l’imaginaire et de l’expérience du politique. Cet effort de comprendre le Risorgimento à partir des opéras Ernani et Masnadieri de Verdi lui permet de déconstruire la mythographie du Risorgimento, de s’éloigner d’une vision téléologique de l’histoire, et de s’attacher à saisir les expériences et attentes réelles des patriotes. Si l’opéra s’inspire bien des thèmes de la politique, celle-ci lui emprunte à son tour tout un dispositif narratif et imaginaire : la figure ambiguë du noble brigand, du chevalier bandit, du marginalisé luttant pour la justice dont Ernani et Masnadieri sont les exemples les plus importants, est au cœur de l’imaginaire patriotique et du mouvement nationaliste du Risorgimento. Au delà des intentions du compositeur, c’est cet imaginaire et l’utilisation qui fut faite d’éléments théâtraux, entre autres dans la mode vestimentaire (le populaire « chapeau à la Ernani », par exemple), qui est au centre de la conférence. Sans réduire le Risorgimento à un épisode théâtral, Carlotta Sorba réinsère ce premier moment politique italien dans un cadre européen et romantique plus large, et redonne toute leur importance à la création et à la diffusion, à travers les opéras de Verdi, d’un imaginaire théâtral et symbolique et d’un discours national. Carlotta Sorba analyse la politique avant le parti, l’imaginaire et la théâtralité comme espace d’échange entre l’opéra et la société, et rends justice au drame et aux passions qui animèrent les acteurs du Risorgimento.

ANNONCE

Suite aux conférences de Marie Chouinard (Respirer, une subversion et une stratégie) et de Alessandro Duranti (What is Jazz ? Contre-culture, musique d’élite ou « elevator music » ?), la série Politique et Musique organisée par Mariella Pandolfi et le Groupe international de formation à la recherche (IRTG) Diversity se poursuivra le lundi 5 octobre au Carrefour des arts et des sciences de l’Université de Montréal. La conférence « De Ernani aux Masnadieri : brigands, chevaliers et patriotes dans l’opéra de Verdi et l’Italie du Risorgimento », présentée par Carlotta Sorba, professeure titulaire en histoire contemporaine à l’Université de Padova, plongera au cœur du 19e siècle pour analyser ensemble musique et politique à travers le nationalisme italien du Risorgimento et les opéras Ernani et Masnadieri de Verdi.

Quand : Le 5 octobre 2015, de 13h à 16h

Lieu : Carrefour des arts et des sciences, salle C-1017-2
Pavillon Lionel-Groulx, 3150 rue Jean-Brillant
Métro Université de Montréal / Métro Laurier, autobus 51 ouest

Réservations : virginie.laliberte.b@gmail.com

Entrée gratuite !
 
 
 
 
Logo Universität Trier Logo Université Montréal Logo Universität des Saarlandes