logo irtg
 Version française  |  Search  |  Imprint  |  Contact   |

Ouennassa Khiari

Ouennassa Khiari
 

Dissertation

Histoires de familles et imaginaire national dans les cinémas franco-maghrébin, turc allemand et britannique sud-asiatique depuis les années 1990 : poétiques post-migratoires

(Supervisor: Marion Froger, Montréal
Mentoring: Christoph Vatter, Saarland)

De l’intime aux formes filmiques de l’intimité culturelle : lorsque l’on parle d’identités culturelles de plus en plus complexes (du fait de l’immigration, de la globalisation, de la circulation massive de biens culturels dans le monde entier), il m’est apparu que les approches sociologiques sont majoritaires. La tendance à faire de ces œuvres des objets d’étude sociologique, laissant de côté l’aspect créatif créé un angle mort : les approches esthétiques et poétiques de ces œuvres coincées dans une forme d’altérisation.
Il s’agira donc d’aborder les films de mon corpus à la fois comme les symptômes d’une question sociale centrale – l’intégration des familles immigrées et la complexité des sentiments d’appartenance en leur sein – et comme parties intégrante du paysage cinématographique européen. Me pencher sur les formes de mises en scène de familles transnationales en contexte post-migratoire m’amènera ainsi à questionner les imaginaires nationaux tels qu’ils peuvent être subvertis par le cinéma. Différentes poétiques mettent en avant différentes façons de négocier les identités culturelles en positionnant les imaginaires nationaux face à des expériences transnationales. En comparant les productions de trois pays européens dont les politiques d’immigration et l’histoire coloniale ou néo coloniale diffèrent et se rejoignent à certains égards, j’espère trouver à la fois des tendances communes au cinéma européen et des différences mettant en lumière l’impact des politiques d’immigration sur les imaginaires (trans)nationaux. Le choix du motif de la famille permettrait de mettre au jour la métaphore familiale sur laquelle reposent les idéologies nationalistes. En effet, à partir de l’analyse du nationalisme et de sa circulation, proposé par Bénédict Anderson (1991), Michael Herzfeld (2005) développe l’idée « d’intimité culturelle ». Pour lui, les idéologies nationalistes reposent sur la métaphore d’une famille biologique, raison pour laquelle sa reconnaissance d’un individu comme membre se fait en fonction du sang (« droit du sang », par opposition au « droit du sol »). Raison pour laquelle, dans la même logique, l’immigration est rejetée : la citoyenneté est essentialisée, en tant qu’héritage biologique qui se transmettrait des parents aux enfants sur plusieurs générations. Ainsi, seront soulignés les rouages cinématographiques de ce que Ricoeur appelle « reconnaissance mutuelle » (2004). Autrement dit une rencontre spectateur.ice/personnage sur un mode non plus identificatoire mais de reconnaissance, indépendamment de toute prétention de connaissance, et donc d’essentialisation de la figure de l’Autre (Ricoeur, 2004 ; Ahmed, 2000).

En me concentrant sur des films réalisés par des cinéastes non pas immigré.e.s à proprement parler mais issu.e.s de l’immigration, j’espère pouvoir saisir de nouveaux imaginaires collectifs que le cinéma serait capable d’opposer aux imaginaires nationaux reposant sur des identités et ethnicités essentialisées. La place occupée par les images dans la construction de l’imagination et des imaginaires collectifs (Tisserand, Fanon) fait du médium cinématographique un objet d’études particulièrement intéressant pour comprendre les dynamiques d’appartenance. En analysant les choix esthétiques de cinéastes ayant grandi avec de multiples imaginaires — et l’imagerie allant avec — il est possible de saisir des repères identitaires partagés : la récurrence de motifs d’un.e cinéaste à l’autre, l’évolution d’autres motifs au fil des années, et les variations selon les pays comparés donne une double image du lien entre cinéma et appartenances culturelles : ce que le cinéma comme médium est capable de transmettre au collectif, et ce que les cinéastes choisissent de transmettre ou omettre de leurs expériences post-migratoires. Ces deux facettes s’informant respectivement.
Au-delà des échelles nationales et transnationales, cette étude comparée me permet de questionner l’élaboration d’une « identité européenne » en-train-de-se-faire par le biais du choix que font les institutions de financement et diffusion européenne de certains films aux dépends d’autres.

Enfin, les études de cas permettront de couvrir non pas quantitativement mais qualitativement les multiples poétiques à l’œuvre dans le paysage cinématographique européen depuis les années 1990. Ces cas que je considère exemplaires le sont soit par la force de leur proposition, leur usage représentatif des stéréotypes ethno-raciaux, ou un appui financier particulier de la part des institutions européennes.

Education

Since 2019
Doctoral Candidate at IRTG Diversity
Since 09/2017
Doctorat en études cinématographiques, département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal sous la direction de Marion Froger

09/2015 - 07/2017
Maîtrise en littérature et cinéma, département de Littérature Française à l’Université La Sorbonne Paris IV, sous la direction de Fabien Gris

09/2013 - 07/2015
Maîtrise (1ère année) d’histoire de l’art, département d’histoire de l’art de l’Université La Sorbonne-Panthéon Paris I, sous la direction de Patrick de Haas

09/2010 - 07/2013
Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles, option histoire de l’art

Work Experience

Since 08/2018
Secrétaire de rédaction — Revue Intermédialités, Université de Montréal

01/2018 - 11/2018
Auxiliaire de recherches — IRTG Diversity, Université de Montréal

Publications

2019
"Prise de contact, jourrnal de bord", in: Hors-Champ, April.

Conference Presentations

03/2018
"Filmer au bord des langues: Bled number one (R. Ameur-Zaïmeche, 2006) & La Graine et le mulet (A. Kéchiche, 2007)", 5ème colloque annuel de l’INRS: Arts, cultures et sociétés: regards sur les pratiques et les enjeux contemporains, 16/03/2018.

03/2018
"Les maux d’amour du documentaire : explorations esthétiques", XVIIIème colloque étudiant du département d’Histoire de l’Université de Montréal: Histoires d’émotions, 14/03/2018.

02/2018
"Points de suspension et éthique documentaire : les exemples de Wang Bing (À l’Ouest des Rails, 2002) et Ben Russell (Good Luck, 2017)", 2018 FSAC Student Conference of the University of Toronto: Vanishing Points, 17/02/2018.
 
 
Logo Universität Trier Logo Université Montréal Logo Universität des Saarlandes